Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 216
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0224
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0224
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
216 Lettere

gens l’ont trouvé fort mauvais ; et les jour-
naux en ont parlé assez mal. On me trai-
te en France comme un proscrit, clont on
confisque les biens . L’ autre jour Voltaire
avoit parlé cle moi dans sa harangue à l’Aca-
démie Française : on lui a fait’ rayer ce
qu’ il en avoit dit. Yous sentez bien qu©
Yoltaire ne se brouillera jamais avec per-
sonne pour louer son ami. Tous les pro-
cédés de cette espece que j’essuye, au lieu
de me dégouter de F amitié , me la ren-
dent plus chere , lorsque je crois pouvoir
y compter j et que c’est l’amitié d'un hom-
me tel que vous. Pour moi je vous ai juré
la mienne pour la vie,
loading ...