Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 220
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0228
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0228
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
320 L E T T fe R E

de triompher de vos ennemis, et de dissi-
per des insectes , devroient être un motif
assez puissant : venez-donc . Pour moi, cher
ami , je ne saurois vous dire quelle est
l’ envie que j’ai de vous voir, quel est le
besoin que j’ en ai. Je ne puis sans vous
me relever de P accablement où m’ a m'is
le coup afsreux que j’ ai reçu.

Vous ne saurez manquer de loger fort
près de nous i c’eut été chez-nous mêmes,
si notre voisin qui tient la meilleure au-
berge de Berlin , ne venoit d acheter la
maison où nous soinmes , et de prendre
déjà possession de l’appartement que je
vous avois destiné il y a 4 mois » J’ aurai
donc le chagrin que vous le teniez de lui,
mais la consolation qu’ ii est fort près du
mien . Toute la maison Knipshausen, et
tous ceux qui sont dignes de vous connoi--
tre ont autant d’ envie que le Pioi de vous
revoir.

Encore une lettre avant votre arriyée ?
loading ...