Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 229
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0237
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0237
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Inedite. 2.‘1<$

iriiennes . II est yrai que ce ne sont pas
proprement des lettres ; mais si je les com-
pare à ce que Seneque a apellé des lettres ,
s y trouye le même deeouragement . Ce-
pendant la Sorbonne me fait encore plus de
peur . Adieu ; voici la lettre d’ un malade ,
c’ est - à - dire d’ un homme qui a du tems
de reste ; et je ne pense pas que vous vous
portez trop bien pour vous îa faire si lon-
gue.

XXIII.

Vendredi a5.

Vo

'o tre lettre d’hier m’ a fait grand plai-
sir, mais je n’ai pas de trop bonnes nou-
velles à vous dire de ma santé : une nou-
velle tempête s’ est encore élevée dans ma
poitrine , et il m’ a fallu saigner de nou-
vëau: mais quoiqu’ il ne me reste plus qu"'
rine goutte de sang dans les veines , cora-
me disoit le chanoine de Gilblas, je sens

P 5

ee-
loading ...