Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 235
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0243
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0243
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
InedxtEj

235

xxvn.

De Berlin 3o. may .

J ai reçu, cher arai, vos deux lettres du
11. et du 14. k mon retour ici, où je suis
arrivé encore malade d’ une dyssenterie
cruelle qui m’a pensé tuer àPotzdam. De-
prÿs huit jours je me porte beaucoup mieux,
mais je 11’ai point encore été à la cour.
II est vrai que les douleurs passées, cet état
de convalescence n’est pas désagréable ,* je
ne sors point de chez-moi, je n’y vois que
ceux que j’aime; je cultive mon petit jar-
din , et fais couver xnes poules : qu’ est-ce
qu’ on peut faire de mieux dans la vie ?
ma compagnie est beaucoup meilleure que
variée, je ne vois presque que les Dankel-
man, qui sont bien les meilleures person-
nes qui soyent au monde, en qui je trou-
ve mille ressources , et que j’ aiine d’ au-
tant plus qu’elles sont véritablement de vos
amis et que nous parlons souvent de vous
ensemble. Elles ont pris un joli jardin sur
la riyiere à la porte de Stralaw, où j’espe-

re
loading ...