Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 241
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0249
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0249
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
InEDITE. &4i

je me trouverois bien éloigné de Berlin »
et je suis excédé de voyages . Des eontre-
ïems et des rechûtes continuelles depuis
s. ans m ont empêché de faire le voyage
d’ Italie, pour le quel j' étois parti de St.
Malo. Je tiendrai bon ici tant <jue je pour«
rai pour être plus à portée de Berlin dès
tjue la saison me permettra de me mettre
en route.

Je regrette comme vous m. le maréchal
Keith ponr le B.oi, pour son Frere , et pour
moi. II a sans doute bien joué de malheur.
Voila je 1’ espere la campagne iînie; et no°
tre Monarque bien comblé de gloire. Plut
k Dîeu qu’ il couronnat cette gloire par une
bonne paix ! mais comment la paix est elle
possible ? Vale. Après le Roi de Pologne ,
personne ne soufsre tant de cette guerre
que moi.

P. d1. On m’ écrit de Lyon qu’ on traduit
en Italie quelqu’ un de mes ouvrages, sans
savoir le quel, ni si c’ est en bien ou err
mal. Si cela étoit, je crois que vous le
àauriez, et me le diriez.

Q

Tot XVL
loading ...