Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 242
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0250
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0250
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
L E T T E R É

34s

XXX,

Bâle 12. juin iy5g.

Mo, cher ami, j' ai reçu votre lettce
du 21. et j’y aurois déjà répondu si une
maladie fort sérieuse ne me retenoit au
lit, et ne m’ obligeoit d’ emprunter la main
de m. Bernoulli.

II - y - a plus de 4* mois que ma femme
a remis à m. de Dankelmann les médailies
que vous demandez tant, et qui meritent
si peu d’ étre demandées.

Je vous suis sensiblement obligé du soin
que vous avez pris au sujet de la préten-
due édition italienne de mes ouvrages: je
savois déjà que c’étoit un qui pro quo, et
qu’ on avoit pris pour une traduction un
recueil qu’ on doit avoir fait de tout ce qui
a rapport à la controverse sur mon Essai
de Philosophie moraie.

Clairaut a bien plus à s’ applaudir , et à
ne suivre en cela que l’applaudissement uni-

versel

;
loading ...