Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 294
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0302
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0302
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
m 4 L E T -T E n £

îassiez pour cela de votre savoir et
votre esprit.

Le coeur n' est pas moins éloquent chez
vous que i’ esprit ; i’ éloge de mlle. votre
iîlle m’a tiré souvent les iarni.es aux yeux ;
C’ est l’ efset qu’ il a produit sur tous ceux à
qui je 1’ ai donne à lire. Yous faites très
bien d’avoir un grand fond de philosophie.
Autrement la perte d’une fiiie aussi aima-
ble et aussi accomplie seroit insoutenable
J’ ai distribué votre nouveau projet littéra-
rie, Mais dans ces pays-ci on est fort in-
dolent sur ces sortes d’ ouyrages. J1 n’ y
a qu’ à Parme où on pourra le gouter.
Là on est dans ]e gout de ia littérature
Françoise et je l’y ai envoyé . Ce sera
pour moi un nouvel honneur que vous
vouiiez que le public sache que vrous me
mettez au nombre de yos amis à qui
vous adressez yos pensées philosophiqaes.
Yous me per.mettrez de vous addresser aus-
si quelques pensées. J’ écris de tems ep.
tems des lettres sur des sujets critiques, lit-
îeraires, etc» je vondrois en avoir quelqu’une
,d’ assez bonne pour qu’ elle fut digne ,de
fous être adrçssée .
loading ...