Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 299
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0307
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0307
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
I N E D I T E. .399

son dipîome. Quant à la dissettation pour
le prix de l’Académie, je ne I'ai pas en-
,core reçue .

Le tome XIII. des mém. de notre Aca-
démie parôit. Le voulez-yous * monsieur ;
et par quelle yoie? Nous ajlons adjuger
I® 5i mai un prix stir -l’inssuenc.e du lan-
gage par rapport aux opinions. Nos assem-
Llées publiques ne sont gueres brillantes a
présent : on y entrevoit pourtant encore
quelques cordons. Nous venons de perdre
,un de nos eonfreres, le dr. Sproëgel, de-
cedé le 18.

Notre President est toujous à Bâle. II
a voulu venir par l’ occasion de la dernie-
re foire de Leipsig . II avoit fait ses ar-
rangémens , et pris congè de ses amis „
mais ,on dit qu’ il s’ est trouvé pius mal.
II a présentrnent des attaques dans les en-
trailles, qui me paroissent plus menaçantes
encore que ies précédentes, quoique je Laye
souvent vu à deux doigts de la mort, et que
sa résistence ine seinble inconcev^bie. Je
ne compte pas que nous le revoyons jamais .

Le marquis d’Argens est à Berlin . Le
p.oi lui écrit souyent en yers et en prose ,

ypi-
loading ...