Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 300
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0308
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0308
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Soo L E T T E R E

Voîtaire s’estremis à correspouclre avec
moi. ii me Jfit faire des complimens , il y
a environ trois nrois, et donna des ordres
très exprès qu’ on vint me les porter dans
mon cabinet. Ceia ne me tentoit pas pour-
tant de renouer ; mais sur ces entrefaites
madame de Manstein rne pria de rn’ inte-
resser à placer les mémoires de Paissie
que feu son mari a laissès en ms. , et el-
le me dit à cette occasion que Voltaire
ètant à Potzdam en avoit offert mille dir
cats. J’ai eu ia curiosité de lui écrire pour
voir s’ il se souvenoit de cette osfre, qui
sans doute n’a jamais été qu’uue gasconna-
de de sa part. II m’ a fait une réponse
de quatre pages la plus facétieuse du mon-
de, où il me dit qu’ il ne donneroit pas
mille ducats de P ancien Testament, à plus
forte raison d’un manuscrit moderne. II tom-
be sur Maupertuis avec ie mème acharne-
ment qu’au fort de leur quérelle, et rien
n’ est plus piaisant que tout cela . Peu de
jours aprés ii m5 a enyoyé son Ode sur la
mort de mad: la Margrave de Bareith ,
que j’ ai fait réimprimér à Berlin , et dont
je joins ici un exemplaire .
loading ...