Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 302
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0310
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0310
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
5 02 L E T T' E R E

cet honneur m’arriye , je ne le dèÿraî qus

à V excès de votre bonté .

Je vous envoie , monsieur ? les deux
écrits de rnain de maître , dont je vous
avois parlé . L’édition est d’autant plus re-
conimandable qu’elle est fautive, ajant été
faite sous le manteau d’ aprés un ms. origi-
nal. Je joins encore une autre piéce de
la même main , Panègirique etc.. Ces sont
des amusemens de l’hjver dernier. Quand
on a un peu le tact du- stile, on recon-
noit sans peine leur auguste origine .

J’ ai fait un traité de la 'vieillcsse, et
nn traité de la mort. J’ ai aussi procuré
la réimpression d’ im excellent ouvrage j'
c’est, V essai sur le beau du p. Àndré ,
et j’ j ai joint un discours prëliminaire et
des rédexions sur le goùt.

L’inoculation n’ a jamais été défenduô
dans les ètats du Loi. Au contraire elle
s’y accrédite de plus en plus . J’ai refut^
cette assertion avancée en Italie dans une
de mes lettres. Mr. le comte de Redern
a fait inoculer ses enfants avec succès ✓
Et le hk de mr. Pelloutier , jeune Mede-

cin ?
loading ...