Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 313
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0321
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0321
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
ïîTEDÏTEs 3l5

pas cet éloge , je m’ y suis mis ; et plein
de zele pour la mémoire du désunt, que
s aimois bien sincerement, et à qui j’avois
des obligations réelles', j’ ai laissé aller ma
plume, qui a rempli 80 pages in quarto%
dont la lecture a duré deux heures, et
reinpli toute la seance de notre assemblée
publique . II in a paru qu’ on étoit asses
content, sans doute parce qu! on a recon»
nu le langage du coeur . Je viens d’ envo-
yer copie de cet éloge à mr. de la Con»
damine pour remplir une condition impo-
sée par le défunt : et quand j’ aurai reçu
ses avis , je ferai imprimer cette piece, et
je prendrai alors ia liberté de vous la pré-
senter . Mr. le comte de Tressan m’ a
ecrit qu’il avoit aussi prononcé le méme
éloge» danS une séance publique de la So-
ciété Royale de Nancy : et comme c’ étoit
plutôt un amant qu’ un ami de mr. de
Maupertuis , il a accompagné cette lecture
de ses sanglots et de ses larmes.' Je me
suis piqué dans mon éloge de toute la
sincerité qui compatit avec la prudence :
s ai développé le caractére de inr. de Mau-
pertuis au naturel, et j’ ai raconté la qué-

relle
loading ...