Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 325
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0333
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0333
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
I N S J> 1 T s.

» avec sa petite pei’jfuque et sa loi de l’
33 epargae . Ave/.-vous biea exalté soa airie?
33 J’ai peur que vros corps ne meurent de
3j saim à Berlia. La Fraace est ruiirée com.
33 me la Frusse. Voilè. à quoi se réduisent
3? les beaux exploits du meilleur des rnon-
33 des possibles. Ajoutez-y quelques cen-
». taines de mille pauyres diables de Mo-
3> nades aux diables d’ eufer » .

Je le soupçonne toujours sort cl’ avoir
fourni i’exemplaire cl’après lequel ont été
faites !es contrefactions des oeuvres du Phi-
losophe de Sans-souci . D’ autres disent que
c’ est d’ après un exeinpluire que le Idoi
ayoit donné au comte de Gisors . II j ea
a des Æxemplaires de I’ édition de Hollan-
de à Berlin , mais arrêtes de par le Roi
jusqu’ à nouvel ordi e .

II n’est point encore question d’un nou-
veau Président pour notre Académie et ce
ne sera sans doute qu’à la paix. Ah !
que ne pouvez-vous ou ne voulez-vous reYQ»
nir pour rempîir ce posîe !

X 5
loading ...