Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 327
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0335
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0335
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
N E D I T E .

J' admire la fecondité cie votre esprit qui
jrotjs clonne toujours de nouvelles , et de
telles productions i Je serai charraé entre
autres dé lire votr& abrëgé de l’histoire Ec-
clesiasticjue. Je rae souviens d’ une lettre
latine que voüs é'crivites autrefois au car„
dinal Quérini au sujet du schisme du tems
de Luther, et Calvin. Rien de plus judi-*
cieux , de plus beau, de plus exceîlent.

Je crois que votre abrdgé sera dans le
înême gout.

Je vous rends mille graces pour la let-
tre que ÿoiis avez bien voulu transcrire
poür V amour de moi. Ces petites anecdo-
îes font le plus grand plaisir ; mais je suis
dans tin pays , ou je ne saurois guéres vous
îe revaloir; à moins que vous ne vouliez
prendre pour un é’quivalent ma reconnois-
sance . Quoi? dans votre pays aussi iî s’ agit
encore des revenans î Je croyois que ce
priyilége étoit reservé au notre. On a sait
paroître ici l’ ombre de Maupertuis assez
maussadement dans un de ces éerits dont
on inondè le public depuis dix ans , au
sujet cl’ une srivole dispute qui s’ est eîe-
yée par rapport à son essai sur la morale.

X 4 On
loading ...