Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 336
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0344
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0344
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
356 L E T T E R E

de prix me paroissent des choses assez bi-
zarrement dispensées, et mes yenx ont dé-
ja été témoins daus notre Académie de
bien des procédures iliégales dans ces cas.
Celui de l’Académie des Sciences de Paris
vient d’échoir au second des sils de mr.
Euler . Cela est aussi fort plaisant. C’ est
un écolier en Medecine que je crois trés
éîoigné de la capacité requise pour rem-
porter un prix quelcorjque . De sorte qu’il
est assez rnanifeste que ces pieces victorieu-
ses sortent de la fabrique du Pere ; et je
soupçonne fort que son fîls ainé, à pré-
sent mon neveu, est aussi dans le cas . II
est vrai que ceîa ne fait point de tort ni
à l’Académie qui couronne , ni aux autres
concurrens j puisqu’il ne s’agit que de ré-
compenser celui qui a le mieux fait, sous
quelque nom qu’ il se prdsente , La Classe
de physique de notre Académie devoit aus-
si donner un prix cette année sur la part
qu’a l’ arsenic à la génération des métaux;
mais il ne sera pas donné . La Classe
de Belles - Lettres seuîe couronnera une
piece, sur l’ancienne Histoire des marches
de Brandembourg,

J’ ai
loading ...