Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 341
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0349
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0349
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
IssTEBÏTE. 34L

tant le terrain ; il faudra voir si cet hyver
n’amenera point enfîn la paix .

On m’a assuré que Voltaire faisoit faire
une édition des oeuvres du Philosophe de
Sans-souci ou il mettoit non seulement tou-
îes les choses que l’auteur a désavouées,
mais beaucoup d’ autres plus fortes enco-
re. Cette hardiesse rn’ étonneroifc, d’autant
plus qu’il a toujours paru se glorifier des
rélations qu’il avoit conseryées avec le Roi.
On m’ a mandé de Paris qu’ un frere de
mr. de Pompignan , qui est ofsicier, ayant
appris toutes ses indécences de Voltaire
contre Pompignan , a juré qu’il l’en fe-
roit repentir r et que cela l’ a fort allar-
mé ; car il est aussi poltron qu’ insolent.

Toute cette guerre littéraire dont Paris
est le thèatre , est Ie triomphe de la dé-
raison . Les gens de Iettres ne cherchent
qu’à s’avilir réciproquernent, et n’y réus-
sissent que trop.

J’ai dessein de donner l’année prochai-
ne un nouvel ouvrage périodique , dont
voici le programme. J’ en ai déja entamé la
composition, et j’y annonce vos ouvrages d’
une maniere conforme à ce que j’en pense .

Y 3 J’ai
loading ...