Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 343
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0351
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0351
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
î Îî E t> I T E . S/j.3

Vèrs la fm de septembre Berlin étoit
allarmé par des bruits qui annonçoient V
approche des troupes ennemies . On ne
parloit cependant que de quelques partis
qui faisoient le dégât à la campagne j et
r on 11e s’ attendoit pas à voir paroître une
armée . Mr. le Chancelier ? mr. Achard>
et quelques autres, partirent. Le 3 de ce
mois, à neuf heures du matin, on dit : L’
ennemi est aux portes de la Ville. On
envoja quelques housards eseannoucher con-
tre lui ; ensuite on les rappella, et à midi
on tint toutes les portes fermées . Vers
une heure commença une cannonade qui
dura jusqu’ à 7 sans aucun effet réciproqueo
Après huit heures , les ennemis commen-
cerent à jetter des grenades, et des bom-
bes sur la ville. Quantité de maisons fu-
rent endommagées , et deux prirent feu „
Enhn cetté journée se termina par trois
assauts liyrés à nos murs , et qui furent
repoussés, quoique nous n’eussions qu’un©
poignée de petits soldats de garnison. Le
prince Eugene de Wurtemberg qui étoit
à quelques milles de Berlin pour combat-
tre les Suèdois, avoit fait ayertir qu’ il
Y 4 vien-
loading ...