Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 370
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0378
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0378
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
'O L E T T E R E

ri très-conrm pas ses lucernœ antiquce, gem*
mce astropherce , selœcta monumenta Etru-
sca , qui souhaiteroit très fort d’y avoir
entrée. IJne fois que la porte se rouvrit
je crois que s Académie feroit en lui une
très bdnne acquisition pour la classe des
érudits. D’autant plus qu’il nous pourroit
fournir quelque mémoire en ce genre .

Je vous dois bien de rernerciments , mon-
sieur, de l’ extrait de mes lettres sur la
Eussie que j’ ai lû dans le Journal encyclo-
pédique. J’ espére que ma vie d’ Horace
vous sera parvenue , et que vous n’ aurez
pas été mécontent de 1’ épître auRoi. Yo-
îre jugement sera ma régle . EtV ipoi pupiot ;
comrne disoit Ciceron àAtticus. C’est bien
dommage que vous ne pussiez continuer
vos iîlustrations sur V histoire d’ Elien , et
que vous deviez interrompre votre bel ou-
vrage pour une traduction .

II me semble que je vous ai mandé qu’
on a traduit dernièrement dans notre lan-
£ue un de vos ouvrages ( les cotisolations )
et qu’ on vous lit en Italie avec le plus
grand plaisir .

J’ ai reçu de Paris la magnifique édition ,
loading ...