Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 374
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0382
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0382
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
fini raon travail sur l’ histoire tliverse cT
Elien, je suis occupé à la traduction de
Maxime de Tyr , qui me cause un plaisir
iniini. Je viens aussi de donner Y espriù de
Julie ; c e.;t un extrait du fameux roman,
de J. J. Rousseau , et je travaille regulie-
rernent pour le Journal encjclopédicjue, et
mes Annales typographiques paroissent tous
les rnois. De cette maniere je ne tue pas
le tems , mois je le yivifîe, on du-moins
je le rends agréable pour moi.

Le marquis d’Argens a traduiî du Gree
Ocellus Lucanus et Timée de Locres , sur
lesquels il a fait un commentaire philoso-
pbique , critique , rnorale etc. Gela sera
bientôt publici juris.

Nos mémoires de FAcadémie sont toujours
acrochés . Nos assemblées yont leur train,
et les jettons les rendent plus nombreu-
ses . Mr. de Francheville vient de nous li-
re deux mémoires sur les navigations de
Tharsis et d’Ophir. II pretend que Thar-
sis est la petite ile de Thasos, 'ou Tasso,
au fond de la mer Egée .

J’ai 1’honneur d’être avec un dévoue-
ment respectueux.
loading ...