Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 400
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0408
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0408
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
400 L E T T E R E

admiration pour V autre . L’Angleterre, ma-
dame > ne peut pas assurement être fàchée
de ce que vous avez retranché de son Poe-
te. La France doit être charmée des nou-
velles beautez que vous avez transmis dans
sa langue, et de ce que vous avez fait voir
que la poesie françoise pouvoit atteindre
Miltons strorig pinion i et i’Italie, mada-
rne , doit vous mettre a juste titre au des-
sus des Gambara, des Colonna, et de toutes
ces fernmes

Che il hiondo crin di verde lauro ornaro .

J' ai eu occasion, madarae , de parler plus
d’ une fois de votre bel ouvrage au Floi,
qui en est aussi grand admirateur, G’est
parler de Sappho a Apollon .

Oserois-je , madame, vous supplier d’
une nouvelle grace après celle que yous
venez de me faire ? C’ est de faire insérer
dans le Journal de Trevoux la lettre cL
jointe . Elle vous djra assez les raisons
que j’ai de la rendre publique. J’aurois
pù , madame , m’ adresser à d‘ autres qu
à vous ; mais permettez-moi de vous dire

que
loading ...