Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 402
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0410
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0410
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
4^2 L e t t e r e

exactement ce aue vous me faisiez l’hon-
neur de me demander .

INTe peut-on plus espérer de vous voir
dans ce pays-ci, inonsieur ? et Berlin a-t-
il entièrement efsacé Pavis dans votre esprit?
Je sens bien qu’ il est difsicile de s’ éloi-
gner d’ un Pioi aussi aimable homme de let-
tres , que grand homme d’ état . Mais du.
moins-ici si vous étiez privé du plaisir de
l’entendre pour quelque tems ; vous enten-
driez souvent vanter sa prose . ses vers et
son gouvernement. Je ne suis point eton-
née qu’ il ait desiré de vous attacher a sa
personne ; ne le soyez point non plus que
les gens qui ont joui devotre coinpagnie pen-
dant votre séjour en Franee souhaitent de
yous y revoir.

J’ai l’ honnenr d’étre etc.
loading ...