Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 431
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0439
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0439
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
ÎNEDITE. 431

cVôter {coinme Va fait votre inconnu ve-
nitien ) V extreme prévention qu’ on a en
Italie pour Petrarque et ie Dante.

Vous écrivez sous doute à l’abbé Frugoni:

clites'luij je vous prie, que je ne lui pardon-

nerai le peu de oas qu’ il sait des auteurs

François, que quand ii me tiendra la dat-

teuse proposition qu’ il m’a faite de tradui-

re ia Colombiade ; je doutai un peu qu’ ii

ne la remplit quand il m’ eut dit qu’ii ne

Fnissoit jamais rien, et lui fis part de ma

crainte ; il m’ assura que quand l’ ouvrage

étoit taillé , il savoit l’achever . Ne pou-

vant îui donner mon poëme, je lui dis

qu’ii trouveroit à l’ acheter a Milan . Mais

s’ il avoit réellement la volonté de faire

de rien quelque chose, comme ii en est

fort capable, vous pourriez le lui faire prê-

ter; je vous en ai adressé un exemplaire

par xur. le Biond que j’avois prornis a l’In-

stitut de Boulossne comme un £sa«e de ma
o o o

respectueuse reconnoissance .

Les vers du pére Bettineili que l’ incon-
nu louë avec les votres et avec ceux de l’in-
genieux Frugoni, me donnent du regret de

n avoir
loading ...