Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 432
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0440
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0440
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
433 L E T T E R E

n’ avoir pas vu ce jesuite qui a été obli-
gé de partir pour Ljon avant d’ avoir pû
ine rendre votre iettre.

Je ne vous envoie point ce que vous
ine demandez sur le Congrès de Cythè-
re ; coiarae la traduction est franç.oise,
le journal étranger n’ en parie point. Yous
ne me paroissez pas content, de votre
imitateur dans vos lettres imprimées : ain-
si les journaux françois ne l’ auront pas
sans*doute beaucoup vanté ; je ne puis
rien vous en dire ; mais je sais tout ce
que vous meritez , et j' ai pris esfectivement
la iiberté de m’ en entretenir souvent avec
mr. ie cardinal Passionei : je lui mande
aujourd* hui que vous vous loüez beaucoup
de ses politesses ; si. vous pensiez sur mon
compte , comme je le desire, vous 11e me
remercieriez point du plaisir que j’ai à
vous rendre justice . Mr, Beraard à qui j’
ai fait voir vos complimens flatteurs sait
que je desire la paix pour mille raisons ,
et que i’ espoir de vous revoir ici y entre
pour beaucoup . Je suis de votre avis sur
le renierciment de mr. de sainte — Palaïe à
l’ Académie . Je le lui ai dit en lui mon-

trant
loading ...