Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 433
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0441
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0441
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Inebite* 43S

trant l’arr.icle de votre lettre qui le regar-
cle . Ou vient de reimprimer avec succés
sa chevalerie; vous savez que je pense que
les Cicubei en sont ua reste . Les lettres
de l’abbé le Blanc ne paroissent point en-
core ; pour ceîieé qu’il a écrites sur les An-
glois , ils lui on£ reproché qu’ il ne les con-
noissoit point ; si les Italiens lui font le
même reproche , ils peüvent du moins îui
assurer qu’il en est bien connu. Vous vo-
ïez , monsieur , ' par F immense longueur
de cette lettre que tout le monde n’ est
pas si occupé a Paris que vous ie pensez,
et qu’on peut longuement nous écrire sans
craindre de nous importuner, sur tout quand
on signe Aigarotti : nous etions convenus
d’ôter ce ceremonial entre nous ; je vous
en donne l’exempie, et finis par vous assu-
rer de la part que je prerfds a votre santé
et à votre gloire , c’ est à dire à tout ce
qui vous touche . Si mdes. les marquises
Spada et Scappi se souyiennent encore de
moi, je vous prie de les assurer de ma
respectueuse reconnoissance »
loading ...