Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 17): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-17]

Seite: 12
DOI Seite: 10.11588/diglit.28095#0022
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd17/0022
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
13. Letterê

D I M A D A M A

D U B O C C A G E

XX.

à Paris ce 9 de Septembre 1 ySg*

J ai reçu tes tendres accens,

Tes vers qu’ on met sans hyperbole
Au rang des plus célébres chants .

A l’ instant tna vanité folle

S' est dit, sans doute, qu’une idolcj,.

Qu’ Algarotti par des présens
Plus riches que l’ or du Pactole,
Charme, instruit, amuse et cajole,

Est digne du plus pur encens.

U11 moment cet espoir frivole
Eblouit mes yeux et mes sens ;

Mais la vérité me désole.

Quoi ! dans mes* transports séduisans,
Pour régler l’orgueil, le bon sens
Youdroit être seul ma boussole?

On ne peut remercier qu’ en rimes d’ un
présent poëtique, aussi agréable que celui
que je reçois de vous, monsieur. J’ai com»
inencé par m’en faire glorie au Mercure.

comme
loading ...