Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 17): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-17]

Seite: 13
DOI Seite: 10.11588/diglit.28095#0023
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd17/0023
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
T

I N E D I T £ . IÙ

comme 1’ ouvrage periodique qui court le
plus le monde ; d’ autres journaux en par-
leront, et je vous manderai ce qu’ils en
auront dit. Us ne manqueront pas de tra-
duire la lettre sur le Dante. J’ ai reçu ce
paquet par m. de Versure, et non par
1’ ambassadeur ; j’ en avois payé le port
avec grand plaisir; on est venu an’en ren-
dre i' argent malgré moi, en m’ assûrant
qu’ on vous l’ avoit déjà passé en compte .
Vous auriez mieux fait de vous servir de
} ambassade, et je vous serai fort obligée
de m’en envoyer un ou 2 exemplaires par
cette voie. Vous trouverez ici ce que vous
demandez sur les Nereides de la main de
Clairaut, à qui je l’avois demandé, parce
qu’ il a tous les journaux des Savans.

V oici aussi une réponse de ia - Conda-
mine sur Y Encyclopédie. Ii est ardent ;
ainsi il ne vous manquera pas, malgré i’
Qccupation continuelle où il est pour l’ino-
culaûon, qu’ il veut soutenir au péril de
sa vie. Ce rnartir de la bonne cause veut
se saire inoculer pour prouver qu’ on 110
peut avoir deux fois la petite vérole : vous
sayez qu il en est rongé : je yous prie d

en
loading ...