Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 17): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-17]

Seite: 30
DOI Seite: 10.11588/diglit.28095#0040
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd17/0040
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
ôo

L E T T E ït E

D I M A D A M A

DU BOCCAGE

XXV.

à Paris ce 10 de Février 1760.

J ai enfin reçu, monsieur, les jolis petits
livres que vous m’ avez fait la faveur de
m' envoyer : vous me paroïssez aussi savant
que le Roi vôtre maître sur l’art de la
guerre, et vous avez de plus le bon esprit
de jouir de la paix; c’ est ce que vous dit
mieux que moi nôtre Ovide, dont je vous
envoye un épître à vôtre louange. Je n’ai
pû en tirer autre chose; encore m’a-t-il
fait bien attendre ; je ne lui demandois
que quelqu’ unes de ses piéces anciennes
que vous m’aviez paru desirer; malgré sa
paresse, dans un rhume qui l’a tenu au
lit, il a trouvé plus honnête de repondre
directement à vos politesses. Yous trouve-
rez qu’il n’ est pas trop rouillé ; je lui ai
donné un de vos petits recueils de Poësies
dont il est enchanté, ainsi que nos journa-

listes
loading ...