Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 17): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-17]

Seite: 32
DOI Seite: 10.11588/diglit.28095#0042
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd17/0042
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Letteri^

gout ! Le sien est propre à tout : ses poë-
sies que nous lisions furtivement à Boulo-
gue sout actuellement pubîiques, et lui fe-
roient seules une reputation, s’ il n’ avoit
de quoi s’ en faire trois ou quatre ; tous les
gens de lettres l’admirent, les sots trou-
vent qu’il n’ est pas assez correeü, et les
dévots crient un peu à l’impie, mais il n’
en entend rien ; et Mars le couronne sut
1’ Elbe, et nos Muses sur la Seine. Dites-
inoî donc comment nous avons eu ces poë-
sies, que vous autres favoris, vous gardiea
si soigneusement: .le roi l’a-t-il permis?
est - ce I’ exemplaire de Maupertuis qui a
servi de modéle ? est - il venu de Berlin ?
rnandez - moi, je vous prie, ce que vous
en savez. JNous en sommes à Ia 3 édition
qui se debite en un clin d’oè'il; on a ajou-
té dans les deux dernières des épitres en
vers et en prose, qui ne sont point dans
la vôtre; ily a des vers changez, des vers
oubliez, des fautes d’ impression ; je serois
bien curieuse de savoir comment après i5
ans que ces pièces sont restées imprimées
dans le secret, elles paroîssent subitement
au graud jour. Repondez- moi, monsieur,

sur
loading ...