Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 17): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-17]

Seite: 69
DOI Seite: 10.11588/diglit.28095#0079
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd17/0079
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
ÎNEDITE. 69

L’ auteur du Mercüre ignore à qui vous
devez la bonne traduction de vos Incas.
J’ ai donné, vos lettres sur îe Commerce,
sur le roi de Prusse, sur la guerre, et sur
I^irgile au journal des Savans; vous ver-
rez le compte qu’ il en rendra, eü je crois
que vous en serez content ; je ne vous 1’
enverrai point, parceque vous 1’ avez par
l’Institut; mais vous trouverez ici une pro-
phétie sur Rousseau à 1’ occasion de son
roman, qu’ on dit être faite par un hom-
me que vous connoissez peut-étre, m. de
Bordes de Lyon ; et un réscript de m. de
Voltaire de la part de V empereur de la
Chine sur le projet de paix perpetuelle du
jnême Rousseau fait sur celui de l’abbé de
s. Pierre, qui propose un congrès général
et continuel pour régler à l’ amiable tou-
tes les affaires des princes de 1’ Europe.
S’ il étoit possible de leur trouver en mê-
me terns xtn moment de sens commuu pour
les faire consentir d’y envoyer leurs depu-
tez , il ne seroit pas impossible ensuite , il
me semble, de les forcer à ne se point
riiiner pour en revenir presque toujours au
même point dont ils partent. Vous verrez

E 3 dans
loading ...