Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 17): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-17]

Seite: 70
DOI Seite: 10.11588/diglit.28095#0080
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd17/0080
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
fjo L E T T E R E

dans une bonne épitre ci-jointe? qne rn?
Thoraas me prie de yous presenter, com-
xne nn liommage que les gens de lettres
Vous doivent, combien les petits sont plus
grands que les grands, puisqu’ ils sont plus
utiles. Cette épitre a balancé avec celle
de Marmontel pour le prix; la préférence
donnée à ce dernier faisoit penser que V
acadéinie le prendroit pour membre, mais
la partie est remise à cause de son ancien-
ne querelle avec m. le duc d’ Aumont,
Cinq places vacantes sont remplies par 1’
abbé le Batteux, l’évéque de Limoges pré-
cepteur du duc de Bourgogne, l’abbé Tru-
blet, Saurin, et le prince Louis coadjuteur
de Slrasbourg; m. de Nivernois s’est trou-
vé par ie sort président, et les a reçus
avec un discours digne de l’applaudisse-
ment qu’ il a eû ; je n’ ai assisté qu’ a la
réception de l’abbé Trublet et de Saurin.
Le duc m’ enchanta ; la pi’ononciation, 1’
élégance, la précision , les gestes, la voix
et les idées étoient d’accord paur plaire et
pour toucher. II faut vous dire que 1’ab-
bé Troublet succedoit au duc de Bellisle,
et que m. de Nivernois étoit ôbligé d’ en

faire
loading ...