Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 17): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-17]

Seite: 83
DOI Seite: 10.11588/diglit.28095#0093
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd17/0093
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
T E ,

ï N E D 1 T E , 83

tit morceau italien de tpelqu’ un de vos
amis, ou des annonces de livres, vous de-
vriez en gratiJfier ce journal. Yous me
mandez que l’ Institut doit le prendre, je
feuis persuadée qu’ il plaira à rn. Zanotti.
Vous devriez aussi persuader à mylady Or-
ford de le faire venir : j’ ai eu l’ honneur
de connoitre cette dame un moment à
Fiorence; elle m’ a paru fort vive et fort
instruite : elle aurâ eu grand plaisir à vous
voir à cause de îa géométrie qu’elle aime,
et de bien autres choses que vous me dé-
fendez de vous détailler. Nous avons ici
un docteur Gatti de Pise avec qui je par-
le quelquefois de cette angloise, qui parle
autant qu’une françoise. Ce médecin, hom*
me d’ésprit, ‘devient à la mode pour F in-
oculation: il promet à nos belles de sau-
ver leurs attraits ; jugez s’ il est à leurs
yeux le psemier des Esculapes : il m’ a dit
qu’ un joli jeune homme avoit joué avec
succés à Florence le rôle de Zaire; un au-
îre blondin, dites vous, représente l’aman-
te de Tancrede à Boulogne; pourquoi donc
metamorphosez vous ainsi toutes 110s fem-
mes? on pardonneroit ce déguisement à la
F 2 tra~
loading ...