Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 17): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-17]

Seite: 108
DOI Seite: 10.11588/diglit.28095#0118
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd17/0118
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
i o 8

L E T T E 11 E

D I M A D A M A

D U B O C C A G E
XLVIII.

à Paris ce 24 de JSovembre 1^62.

Je voudrois que vos remédes fîssent au-
tant de progrés, que vôtre écriture, qui
cette fois nx’ a donné du plaisir sans pei-
ne; c’est le non plus ultra ; continuez à
asservir vôtre main en même tems que vô-
tre esprit, mais surtout réparez vôtre poi-
trine, dont vous avez besoin paur expri-
mer ce que vôtre iruagination vous fait si
bien décrire. \;oici la paix. Songez que c’
est nous qui devons jouir de vôtre con-
versation ; vous me 1’ avez cent fois pro-
mis; seriez vous un infidéle? vous me di-
rez, non ; je ne suis qu’ un malade. Eh
bien, guérissez vous ; mais n’ allez point
ensuite à Rome (où je voudrois étre) puis-
que je n' y suis point: revenez vers nos
bords à présent pacifiques. Malgré la fou-
le qui va nous enyironner cet hiyer, nous

trou-
loading ...