Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 17): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-17]

Seite: 118
DOI Seite: 10.11588/diglit.28095#0128
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd17/0128
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
L E T T E R E

1 lS

D 1 M A D A M A

DU BOCCAGE
LI.

à Paris ce 3o cle Février 1763.

Jl me paroit, aimable corate, que toutes
les fontaines sont pour vous l Hippocrène;
les Graces emplissent vôtre coupe; et com-
me les abeilîes forment cle la rosée, des
sucs assez solicles, l’eau- la plus légère, rous
fournit des idées qui ont bien de la sub-
tance; je ne sais pourquoi Anacréon, et
inéme Horace vantoient tant le véhicule
dn vin ; j’ ai vû rire aussi Ies buveurs cl’
eau, et leurs pensées en étoient plus sai-
nes : c’ est i’espéce des convives que fait la
gaieté, et non les liqueurs qu’ ils avalent.
Je parie cjue ce Grec et ce Romain qui
chantoient Bacchus, 11'avoient que faire de
lui pour être cle îrès-bonne et trèsq’oyeuse
compagnie : nous les retrouverons, à ce
que j’espére, aux champs Elisées , et vous
me direz que j’avois raison. Mais tout ce

ver-
loading ...