Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 17): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-17]

Seite: 122
DOI Seite: 10.11588/diglit.28095#0132
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd17/0132
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
122 L E T T E ïi E

celui du tiran. de Siracuse, eE que cette
souveraine paroit avoir la tête aussi bouil-
lante que spirituelle. On ne dit pas qu’ei-
le ait fait d’ ofsres à Diderot occupé à
finir son dictionnaire. Aussitot qu’il paroî-
tra, je vous en donnerai avis. Je ne puis
vous envoyer la partie de 1’ histoire d’ Àn-
gleterre que vous me demandez, sans le
tout, on ne la vend point par partie. Lé
journal du Commerce, dont vous voudriez
le morceau qui vous regai de, est presqu’
aussi inconnu à Paï’is ( excepté par les gens
du métier) qu’ à Pise : comme il y a long-
tems que j’y ai fait insérer vôtre épitre,
je nô sais plus dans quel mois la chercher,
ni à qui la demander. Si je puis m’ en
éclaircir, je vous F enverrai par quelqu’
uns de nos jeunes gens, qui se proposenü
de partir pour l’Italie, et je les prierai en
méme-teras de me rapporter vos ouvrages
nouvellement imprimez, que vous me fai-
tes la faveur de me promettre. Si l’im-
pression de mes lettres hnissoit je vous les
enverrai par la même voie, si non j’ au-
rai recours à m. Boyer, par qui je vous
envoye cette lettre : je lui demande en

méme-
loading ...