Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 17): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-17]

Seite: 126
DOI Seite: 10.11588/diglit.28095#0136
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd17/0136
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
12.6 Lkttere

nière vous me demandez la traductioii de
m. Hunie, qu’on ne vend point par mor-
ceaux; je ne sais plus la quelle vous vou-
lez : je relis vos lettres, et le nom de i'
auteur est tout difserent; le Hume est in
quarto, et ne peut aller par la poste : raais
un académicien de mes amis, sort digne
d’ être des vôtres, part cet automne, et
vous portera ce que vous voudrez, et me
reportera 8 mois après ce que vous lui
donnerez pour moi. Si mes lettres qui ne
fmissent point à s’ imprimer, le sont alors,
je les lui donnerai à vous présenter; en
attendant je puis vous envoyer quelque pe-
tit paquet par m. Boyer ; mais ne m’ en
envoyez point, et ne m’ écrivez point par
cette voie, parceque nos gens de Ia poste
sont si exacts, qu’ ils ouvrent îes paquets
pour voir s’ il n’ y a point une autre adres-
se que celle qui se montre à la première
enveloppe ; je le mande à m. Boyer. Je
ne vous dis point que le journal du Com•
merce ne se trouve point à Paris ; mais
que j’ aurois de la peine à me rapeller le
mois et l’année dans les quels j’ ai fait
mettre vôtre article à Bruxelles, où se fait

cet
loading ...