Schlegel, Johann Heinrich   [Übers.]
Almanac Français Pour l'année 1796 — Mannheim, [ca. 1795] [VD18 14172062]

Seite: 8
DOI Seite: 10.11588/diglit.28083#0030
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/almanac1796/0030
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
8

5ités. Elle saimoit, et la certitude de l’é-
pouser lui avoit fait abandonner son cœur à
sa paiîioh. Les menacesdü volontair l’effroent.
Elle ne doute point qu’il n’ait médité quelque
chose de violent contre son rival, et elle est
si vivement prévenue de cette imagination,
qu’elle ne voit plus de sûrété pour sa vie.

On tâche de la rassnrer, et après deux
heures de raisonnement sur le trop d’allarmes
qu’elle se donne, on étoit prêt de sortirpout
la cérémonie des fiançailles, lorsqu’un laquais
entre , de la part du volontair , avec un billet.
Elle court à lui, le lui arrache des mainsb
et le voyant sortir sans en demander réponse,
elle s’écrie que c’cst un défi pour s’aller bat-
tre , qu’elle ne veut point qu’ils en viennent
là, qu’on les accommode, et n’écoute point
ce qu’on lui oppose , qu’il n’y a personne as-
sez hardi pour entreprendre un duel, et que
d’ailleurs un homme d’épée n’avoit jamais at-
taqué un homme de robe. Elle ouvre le bil-
let en tremblant, et lit tout haut ce qui
suit ;
loading ...