Schlegel, Johann Heinrich   [Übers.]
Almanac Français Pour l'année 1796 — Mannheim, [ca. 1795] [VD18 14172062]

Seite: 9
DOI Seite: 10.11588/diglit.28083#0031
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/almanac1796/0031
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
Animé des transports de l’espoir le plus doux.
Je viens avec ardeur embrasser vos genoux ,

’ Et j’apprends, ô malheur! ô funeste disgrâce!
Que, tandis que mon bras, pour vous et pour
l’honneur ,

Aidoit chez l’Espagnol à forcer une place.

Un ennemi secret m’enlevoit votre cœur.

Aux plus vives fureurs mon ame s’abandonne,
hlon désespoir aigri n’épargnera personne;
Vous verrez ce rival jüsque dans votre s’ein,
Percé de mille coups, succomber sous sa main,
„ Quelle fureur, “ s’écrie-t-elle, en s’ar-
rêtant tout d’un coup en cet endroit ! „ C’est
bien plus que de se battre avec son rival. Il
Veut l’assalSner. Qu’il ne sorte point, il lui
en couteroit la vie.” L’amant lui fait con.
r.oître qu’elle prend de vaines frayeurs, et la
conjure de vouloir achever la cérémonie. Ses
' parens l’en prelsent de leur côté, et lui ré-
pondent de l’événement. Elle n’écoute per-
sonne , et toujours pleine de son transport,
elle s’oppose si absolument à ce qu’on veut
- d’elle, que son amant ne peut s’empêcher dst
lui dire, qu’en reculant son bonheur, il sera.

c
loading ...