Schlegel, Johann Heinrich   [Übers.]
Almanac Français Pour l'année 1796 — Mannheim, [ca. 1795] [VD18 14172062]

Seite: 10
DOI Seite: 10.11588/diglit.28083#0032
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/almanac1796/0032
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
-“î^ 10 K*"

Me qu’elle cherche à se. conservsï à son rival.
Au lieu de répondre, elle continue la leflure
de son billet, et y trouvant ces mots:

Je portt-ai plus loin les efforts de ma rage.
Et vous-même, perfide....

Allons, dit-elle , se tournant vers son amant,
,,vous le voulez, me voilà prête, sortons.
Puisqu’il en veat à mon sang, aussi-bien qu’au
vôtr.e, je ne crains point ce qui me doit être
commun avec vous. “ En même temps elle
donne la main à son amant, etlaisse prendre
le billet à une Dame , qui, ayant lu tout bas
ce qui restoit, dit que les dernieres menaces
étoient bien plus terribles que les premières,
et qu’elle prioit qu’on les écoutât. On prête
silence,, et voici ce qu’on entend :

Je porterai plus loin les efforts de ma rage ,

Et vous-même, perfide_Ah! tout beau,

mon courroux,

Méprisons cette ingrate, — un an de mariage
Me vengera bien mieux que vous.
loading ...