Schlegel, Johann Heinrich   [Übers.]
Almanac Français Pour l'année 1796 — Mannheim, [ca. 1795] [VD18 14172062]

Seite: 15
DOI Seite: 10.11588/diglit.28083#0037
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/almanac1796/0037
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
IÇ K»»

qu’elle sehtbloit exiger. Tandis qu’il lui dé»
bitoit mille agréables folies, il s’apperçut qu’el-
le étoit rêveule ; et lui en ayant demandé la
cause, elle lui dit, qu’elle venoit de se Con-
venir que deux de ses amies attendoient ré-
ponse d’elle sur une asfaire également impor-
tante à toutes les trois, et que l’embarras de
n’avoir avec elle qu’un petit laquais, incapable
de s’acquitter d’une commission de cette na-
ture , lui causoit la rêverie où il la voyoit. Le
chevalier la tira de peine, en lui offrant un
grand laquais fort intelligent, dont il la pria
de se servir. '

La belle accepta cette offre. Le laquais fut
appellé , et reçut commandement exprès de
son maître de faire avec diligence tout ce que
la Dame lui ordonneroit. Alors elle se leva,
mena le laquais à la porte de la salle, et lui
dit tout bas ce qu’elle voulut. Le chevalier le
Voyant partir, lui cria encore de loin, qu’il
n’oubliât rien de tout ce que’la Dame lui avoit
dit, et continua auprès d’elle son personnage
d’une maniéré tout-à-fait galante. Cela parut
tellement, que lu plupart crurent que c’étoit
loading ...