Schlegel, Johann Heinrich   [Übers.]
Almanac Français Pour l'année 1796 — Mannheim, [ca. 1795] [VD18 14172062]

Seite: 20
DOI Seite: 10.11588/diglit.28083#0042
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/almanac1796/0042
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
20

üufli-tôt contremandé les services' de viande
et d’entremêts, elle avoit seulement consenti
qu’on apportât le dessert. Le chevalier ne s’é-
mut point de la raillerie. Il étoit accoutumé
à esïuyer de plus fàchenses attaques sur cette
matière, et comme il avoit beaucoup d’ésprit,
il ne se déconcertôit de rien.

Tout le monde, se disposant à partir, il
prit la maîn de la Dame , se mit en même
carrosfe, et la remenant chez elle, il ne la
quitta qu’après une nouvelle conversation sur
leur prétendu engagement. La belle lui dit,
que s’il vouloit qu’il durât, il prît garde, sur
toutes choses, qu*îl lui avoit partieuliéremerit
donné parole de vouloir de bonne grâce tout
ce qui pourroit la satisfaire, et que les effets
lui feroie'nt bientôt connoître s’il avoit parlé
de bonne-foi.

L’avertissement donna du soupqoil au cheva®
lier. Il réfléchit sur ce grand repas qu’elle pré-
tendoit avoir réduit au desîert, et son laquais
emprunté, lui faisant craindre ce qui ne lui
étoit point encore tombé dans l’esprit, il ne
sut pas ü-tôt arrivé chez lui, qu’il voulut sça*
loading ...