Schlegel, Johann Heinrich   [Übers.]
Almanac Français Pour l'année 1796 — Mannheim, [ca. 1795] [VD18 14172062]

Seite: 21
DOI Seite: 10.11588/diglit.28083#0043
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/almanac1796/0043
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
*■*, îi X*'* .

Voir de quelles commissions on l’avoit chargé,
le laquais, surpris de cette demande, répon-
dit qu’il n’avoit pas perdu un moment pour
lui envoyer des violons, et faire apprêter la
Collation qu’on avoit servie. Ces mots furent
Un coup de tonnerre pour le chevalier. Il entra
dans une colere épouvantable, et quoique le
Vaquais le fît souvenir qu’il lui avoit commandé
deux Fois de faire au plutôt tout ce que sou-
haitoit la Dame, il vouloit qu’il fût obligé
de deviner qu’en matière de collation et de
violons, il ne devoit pas lui obéir à lui-même,
quand il recevroit de pareils ordres de sa pro-
pre bouche.

le désespoir d’avoir été pris pour dupe, lut
fit passer une fort méchante nuit. Le lende-
main il reçut compliment des violons et de
ceux qui avoient fourni le régal , et quoi
qu’ils lui pusfent dire, il les renvoya sans vou-
loir payer ; ce qu’il fut enfin obligé de faire,
puisque tout paroisfoit avoir été commandé
par ses ordres.

A
loading ...