Schlegel, Johann Heinrich   [Übers.]
Almanac Français Pour l'année 1796 — Mannheim, [ca. 1795] [VD18 14172062]

Seite: 22
DOI Seite: 10.11588/diglit.28083#0044
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/almanac1796/0044
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
■">>! 34 ««»

ANECDOTES.
L’ambassadeur d’Espagne , qui avoit quitté
Vienne pour se rendre à Aix-la-Chapelle , ell
de retour dans la capitale de l’Autriche. Il
vient d’épouser une jeune, jolie et très-vive
Italienne. On raconte qu’à Ion retour il a
couché à Francfort, où, comme dans toutes
les villes d’Allemagne, un crieur annonce tou-
tes les heures pendant la nuit. L’Ambassadrice,
qui ignoroit cet usage , éveilla son mari pour
lui demander ce qu’il signifioit. C’est, répon-
dit celui-ci, pour réveiller les époux; et il
s’éveilla tout-à-fait. Une heure après, le même
cri fit faire la même quellion. L’Ambasîadeur,
qui, pour lors, avoit besoin de dormir, ré-
pondit brusquement : c’est pour réveiller les
voisins. Ah! s’écria l’Ambastadrice, l’heureuse
invention ! Le charmant pays que l’Allemagne !

Quelqu'un disant à un bon homme, qu’il
ne falloit pas encore marier son fils, qu’il fal-
loit attendre qu’il fût plus sage : ,, Vous vous
,, trompez, lui dit-il; car si mon fils devient
,, sage, il ne le mariera jamais. “
loading ...