Schlegel, Johann Heinrich   [Übers.]
Almanac Français Pour l'année 1796 — Mannheim, [ca. 1795] [VD18 14172062]

Seite: 25
DOI Seite: 10.11588/diglit.28083#0047
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/almanac1796/0047
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
** 2Ç

fairé sbuvenir de ne pas écouter les cajôllerîes
et les sseurettes , qui sont ordinairement si
agréables aux semmes ; et que l’épouse coupoit
le bout de l’oreille gauche à son époux, pour
l’avertir de ne pas écouter ce qu’on lui pour*
roit rapporter de désagreable sur sa conduite,
afin de le jeter dans la jalousie, passion si na-
turelle à ceux de ce pays-là.

Chez les Elamites, peuples qui habitoient
entre les provinces de Perse et de Babylone
le mari piquoit le doigt du cœur de sa fem-
me jusqu’au sang , et la femme en faisoit au-
tant à son mari.

Chez les Numidiens , peuples d’Afrique,
l’époux et l’épouse crachoient à terre , et de
3a boue qui se faisoit de leurs crachats, ils
s’oignoient le front l’un à l’autre.,

Chez les Sicyoniens, peuples du Peiopo-
nese , le mari envoyoitun soulier du pied droit
à sa femme, et la femme un du pied gauche
à son mari.

Chez les Tarentins, le -futur époux et la
future épouse, ne concluoient leur mariage
qu’en prenant à manger tous deux d’une mê-
d 5
loading ...