Schlegel, Johann Heinrich   [Übers.]
Almanac Français Pour l'année 1796 — Mannheim, [ca. 1795] [VD18 14172062]

Seite: 29
DOI Seite: 10.11588/diglit.28083#0051
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/almanac1796/0051
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
■>0K 19 K*“

Güissaume I. prince d’Orange, disoit un-
jour à Frédéric III., éleaeur Palatin, sur-
nommé le Pieux, qu’il s’étonnit de voir
qu’ayant tant d’ennemis, il demeurât si tran-
quillement dénué de tout, et qu’il laissât sa
capitale Ihns monde et sans fortifications. L’é-
lecteur lui répondit ladeisus : pourvu que j’aie
quatre ou cinq hommes, qui d’une foi ardente
m’aident à prier Dieu avec ferveur, vienne qui
voudra, qu’il attaque ma ville avec une grande
armée; je suis sùr de faire plus, avec une telle
priere, que tous mes ennemis avec tout leur
canon et toutes leurs troupes. Le prince lui
répliqua; „ etmoi, je nevoudrois pas être un
de ces cinq. “

Un homme de province étant àParis pour
affaires, mit un billet à la lotterie, et prit pour
devise: ii je gagne, je ferai enfermer M. d’Ar-
genqon. Cela vint aux oreilles du lieutenant
de police, qui, fortsurpris de cette insolence,
en fit soigneusement chercher l’auteur. L’ayant
découvert, il se fit amener par quatre archers,
et lui demanda;! si c’étoit lui, qui avoit mis
sur un billet de lotterie ; si je gagne je ferai
loading ...