Schlegel, Johann Heinrich   [Übers.]
Almanac Français Pour l'année 1796 — Mannheim, [ca. 1795] [VD18 14172062]

Seite: 30
DOI Seite: 10.11588/diglit.28083#0052
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/almanac1796/0052
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
^ 30 K**

Cîiferrtier M. d’Argenqon ? l’homme téponditi
c’eit moi-même , Mongr. j’ai votre portrait
dans ma chambre, auquel si je gagne, je ferai
mettre un cadre et une glace; vos gens savent
où je demeure, vous pouvez l’envoyer cher-
cher. On y fut: et dès que le lieutenant de
police vit le portrait, il le rendit au provin-
cial avec dix pistoles qui lui donna, en disant :
5, tenez, bon homme, voilà de quoi me faire
enfermer ; si vous gagnez à la lotterie, comme
je le souhaite , cela vous servira à quelqu’autre
Choie. “

Un toiisuré nouvellement venu au sémi-
naire, étant à table avec tous les autres or-
dinands, celui qui les servoit, l’oublia par
mégarde. Notre novice, qui avoit grand ap-
pétit, ne savoit comment s’y prendre pour de-
mander sa portion. Un épagneul, qui vint
grater sa soutane, en aboyant, le tira heureu-
sement d’embarras. „ Pauvre animal, dit-il
à ce petit chien , adrest’e-toi à qtielqu’autre î
car pour moi, je ne puis te donner aucun os,
qu’on ne m’ait auparavant donné de la viande.4*
loading ...