Schlegel, Johann Heinrich   [Übers.]
Almanac Français Pour l'année 1796 — Mannheim, [ca. 1795] [VD18 14172062]

Seite: 31
DOI Seite: 10.11588/diglit.28083#0053
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/almanac1796/0053
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
■**> 3i F*

Un vetlfâgé de quarante-cinq ans, qui, pâs
les infirmités auxquelles il étoit sujet, il caiise
(les grandes fatigues qu’il avoit essuyées, au-
toit bien pu palser pour en avoir soixante,
entendant beaucoup parler de mariage dans une
astemblée, dit : ,, pour moi, si l’on me re-
3, marie, je ne veux point de fille trop jeune,
s, de seize à dix-huit ans, c’est tout ce qu’il
3,me faut. “ Et moi, répliqua un vieillard de
soixante* ou quatre-vingts ans : ,, si je dois
33 prendre une femme , j’en veux une qui n’ait
33 que la moitié de cet âge. “ Lorqu’on lui eut
demandé ce qu’il feroit d’unê épouse qui n’au.
toit que huit ou neuf ans? Il répondit qu’il
la contenteroit avec du pain d’épice,

La déroute du paisage de la Boyne futfort
honteuse au roi Jacques, puisqu’il avoit plus
dè monde que le roi Guillaume , et que c’étoit
de bonnes troupes; mais la peur l’avoit tel-
lement saisi , que les Irlandois ne purent s’em-
pêcher de le blâmer, et de dire à quelques
ossiciers du roi Guillaume , qui les firent pri-
sonniers, que s’ils vouloient échanger leurs
chefs, iis recommenceroient volontiers la ba-
taille , et qu’ils étbient sùrs de la gagner.
loading ...