Schlegel, Johann Heinrich   [Übers.]
Almanac Français Pour l'année 1796 — Mannheim, [ca. 1795] [VD18 14172062]

Seite: 71
DOI Seite: 10.11588/diglit.28083#0093
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/almanac1796/0093
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
71 y*'" 1

pasia dans le guichet avec une vîtelle qui fcso
^ait de la joie. Elle indiqua par un sigue de-
^dnfiratif qu’elle était condamnée à mort»
Asiociée à un hctnnïè que Je même sort atten-
dait, mais dont Te courage n’égalait pas lé
sien, elle parvint à lui en donner , avec une
gaîté si douce ét si vraie, qu’elle fit naître lé
rire sur ses lèvres à pîusieurs reprises.

A la place du supplicé, elle s’inclina devant
la statue de la Liberté, et prononça ces paro-
les mémorables : ,, O liberté ! que de crimes on
commet en ton nom ! **

Elle avait dit souveilt que son mari m
lui surviyrait pas* Nous aprîmes dans nos,
cachots que sa prédi&ion était justifiée, et que
le vertueux Roland s’était tué sur une grande
route, indiquant parla qu’il avait voulu mourir
irréprochable envers l’hospitaiité courageuse.

Mon'cœur, qui devait être déchiré par
tant de ténaillemcns dans cette horrible de.,
meure', n’a point connu de douleur plus amère
que celle que me eau sa Ta mort de cette femme
à jamais célèbre. Le souvenir de son assassinat
V unira dans mon âme à celui de mes infor*
h z
loading ...