Schlegel, Johann Heinrich   [Übers.]
Almanac Français Pour l'année 1796 — Mannheim, [ca. 1795] [VD18 14172062]

Seite: 76
DOI Seite: 10.11588/diglit.28083#0098
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/almanac1796/0098
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
76

quitte des compagnons de voyage dont la so-
ciété nous fut utile et douce. La citoyenne
L.. .. C. ... dormait" auprès de ses enfans
en bas âge, quon lui avait promis de garder
auprès d’elle , quand à minuit les portes s’our.
vrent avec fracas, et des voix sinistr'es font
entendre son nom; éperdue, elle prentl pour
.wn Longe l’image de la mort qu’on lui présente
au milieu des intéresfantes créatures qui lui
doivent le jour. Elle s’enlace de leurs bras ,
présente leurs grâces naïves comme l’emblè-
me de son innocence , veut attendrir ses bour-
reaux par le spè&acle séduisant d’une mère
éplorée. Aujourd huit ans, leur dit-elle , je
donnai la vie à ces jumeaux; déjà votre rage
a"assadi né leur père, vous ne voulez donc plus
laisfer sur oette terre sanglante, que des £cé-
lérats et des, ©rphelius , des cendres et des ca-
banes? On l’enleva sans lui donner mê'ine le
tems de s’haUilier ; elle ne revint pas.

Un des moyens qu’on employa avec le
plus de succès au Luxembourg pour fasciner
les yeux des argus, fut le ministére d’un chien
loading ...