Almanach de bonne fortune l'année ...: pour & par la loterie électorale palatine — 1771

Seite: 19
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/almanach_bonne_fortune1771/0025
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
I soit
Am!-
nouJ
qui Ht
ues rt
il,soi!
ui sor,:
!, soit
(Teron.
int et
nt cot

ce je«
qu'a >

^ ) 19 ( ^_

qu’al’agrement avec le quel on peut en rem-
plir ses loilirs & en former un honnete amu-
sement, nous esperons que nos Lefteurs nous
sauront gre de lesleur avoir suggeres.

De tant de moyens que les hommes em-
pioyent pour acquerir des richelTes ou pour
se procurer des relsources , le plus prompt
& le plus aise eil: fans contredit la voye des
loteries; sanstravail, fans peine, sans pro-
teftion & sans aucun talent , un bon lot fait
la fortune d’un homme dans un seul instant;
& cette nouvelle fortune ne l’oblige ä aucu-
ne reccnnonTance, ne lui impose aucun de-
voir & ne lui laisse aucun de ces remords,
que l’acquisition de la plupart des biens en*
traine ordinairement ä la suite, Tout le
monde veut devenir riche, chacun travaille
pour cela, mais Ton se tourmente & l’on se
fatigue sans que le succes reponde toüjours
ä tant de soins & de peines. II en eil de,
tous ces soins & de toutes ces peines, com-j
ma des loteries; si l’on n’ell pas heureux,!
Ton ne gagne rien; le travail le plus assidu,|
ainsi que ies chances du fort ne donnent1
qu’a proportion du bonbeur qu’on a : nous
voyons tous les jours que, quelque route quej
prennent les maiheureux , quelles fatigues’
qu’iis puilsent se donner, ils ne parviennentj
a rien; souvent mente, loin d’augmenter leurj
bien , ils perdent encore celui qu’iis ont;
mais l’orsque le bonheur en veut ä quelqu'un,
b 4 tout
loading ...