Almanach de bonne fortune l'année ...: pour & par la loterie électorale palatine — 1771

Seite: 22
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/almanach_bonne_fortune1771/0028
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile

) 22 ( ^

Nousr observerons donc I. qu’il n’y a au-
cun moyen pour laißer une porte ouverte a
la sortune, auisi prompt, austi sacile, auiTi
commcde que les Loteries; mais qu’autant
il eft cense, prudent & Tage d’y prendre tou
jours quelque interet, autant seroit - il in-
considere d’y exposer tout son bien, ou d’y
deranger ses affaires*

II. L’esperance de devenir riche en ga
gnant un.gros lot, etant contre-balancee par
la crainte de perdre sa mise , l’on ne doitj
point placer imprudemment 6t indistinftement
son argent dans toute espece de loterie. C’est
dans un juste discernement , c’est dans une
prevoyante combinaison des avantages & des

van

cen

gne

ou

Eie

jou

poi

aut

peu

liun uw uco jj,

desavantages , que consiste la principale & r.om
peut-etre la seule habilite de ceux quiyFian!
jouent. II y en a quelques unes qui sont un
impot reel : ceux qui placent leur argem a
celles-la, commenceiit a se soumettre ä payerj
cet impot, c’est -a-dire qu’ils ont une per-:
te fixe & decidee , avant de courir les 1»
zards du sort. De ce nombre sont toutes cel-
es, dont le plan annonce tant pour cent dt]
retenue sür chaque lot: la Loterie Electoral(\
Palatine n’offrepasce dcsavantage.

ran,

lots

III. Dans toutes les loteries fixees ä tantj
de billets, ainsi qu’a un certain nombre
lots, il ne peut jamais sortir plus de ceux-dj
qu’on n’en a annonce ; ainsi l’on sait d’a|

vance

nou

ger<
loading ...