Almanach de bonne fortune l'année ...: pour & par la loterie électorale palatine — 1772

Seite: 10
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/almanach_bonne_fortune1772/0015
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
VrJs£

ment, nous esperons que nos Le&eurs nous
sauront gre de les leur avoir suggeres.

De tant de moyens que les hommes em
ployent pour acquerir des richesses ou pour
se procurer des ressburces, le plus prompt
& le plus aise est sans contredit la voye des
loteries; sanstravail, sanspeine, sans pro-
teftion & sans aucun talent, un bon lot fait
la fortune d’un homme dans un seul instant;
& cette nouvelle fortune ne 1’oblige ä aucu-
ne reconnoissance, ne lui impose aucun de
voir & ne lui laisse aucun de ces remords,
que Pacquisition de la plupart des biens en-
traine ordinairement ä sa suite. Tout le
monde veut devenir riche, chacun travaille
jpour cela, mais l’on se tourmente & Pon se
fatigue sans que le succes reponde tuujours a
tant de soins & de peines, II en efl: de tous
ces soins &de toutes ces peines, comme des
loteries; ss l’on n’efl pas Jieureux, l’on ne
gagnerien; le travaille plus assidu, ainssque
les chances du sort ne donnent qu’ä propor-
tion du bonheur qu’on a: nous voyons tous
les jours que , quelque route que prennent
les malheureux, quelques fatiguesqu’ils pnis-
sent se donner, ils ne parviennent a rien;
souvent meine, loin d’augmenter leur bien,
jilsperdent encore celuiqu’ils ont; maisl’ors-
que le bonheur en veut a quelqu'un, tout lui rc-
jussit ; ausss l’on peut dire, que nous devons
'tout l’etat oü nous nous trouvons, ä la fortune:
lies plus grands Princes&leur derniers syjets
I sont


4§lts§ llÄ-
loading ...